Réutiliser les formes: astuces pour composantes

Vous connaissez déjà les composantes en coin et les composantes futées et vous voulez encore plus de composantes? Voici des astuces et conseils qui vous rendront heureux.

Construire votre Q

Essentiellement, la lettre Q n’est qu’un O avec une queue. Ce qui veut dire que si votre design s’y prête, vous pouvez utiliser votre O comme composante pour votre Q. Ouvrez votre Q en mode Édition soit en le double-cliquant dans l’aperçu Police, ou en entrant Q au clavier en mode Texte. Allez ensuite à Glyphe > Ajouter une composante (Shift-Cmd-C) puis sélectionnez O. Dessiner ensuite une belle queue. J’ai opté pour ce design:

Mais comme vous vous rappelez sans doute, il vaut mieux ne pas mélanger des composantes avec des tracés, puisque cela désactiverait l’alignement automatique. Ce qui veut dire qu’en modifiant votre O, la queue ne serait plus alignée. Transformons donc aussi la queue en composante. Pour ce faire, appuyez sur Cmd-A pour sélectionner tous les tracés, faites ensuite un clic droit pour faire apparaître le menu contextuel, et sélectionnez Composante d’après la sélection. Le nom du nouveau glyphe est arbitraire, assurez-vous seulement qu’il a du sens pour vous et de placer un tiret bas devant. De cette façon, le glyphe ne sera pas exportable. J’ai nommé le mien _tail.Q.

Pour apposer la queue sur le O à un endroit en particulier, vous aurez besoin d’ajouter une ancre à votre O. Ouvrez le menu contextuel (clic droit) et sélectionnez Ajouter une ancre. Le nom sera surligné en bleu, prêt à être modifié.

Donnez-lui un nom qui attire l’attention, par exemple, qtail. Sélectionnez l’ancre et glissez-la à l’endroit où vous voulez placer la queue. Ajoutez ensuite une ancre dans votre _tail.Q, et donnez-lui le même nom que dans votre O, en ajoutant un tiret bas au début. Le tiret bas indique à l’ancre qu’elle est liée à l’autre ancre du même nom, c.-à-d., qtail.

Tadam! Voici mon Q rien qu’en composantes:

Construire votre y

Tout comme pour le Q, vous pouvez construire un y avec une queue et votre v, si cela fait du sens pour votre design et flux de travail, bien entendu. Selon mon expérience, les projets modulaire, géométrique, léger, fort en contraste, ou destiné à des écrans basse résolution sont de bons candidats pour une telle approche. C’est, bien sûr, votre œil qui jugera si cela fonctionne ou non. Cette méthode peut aussi être utile aux premières étapes du processus de design, jusqu’à ce que vous ayez besoin de décomposer et faire des corrections optiques. Mais avant d’en être rendus à ce stade, les composantes et l’alignement automatique aident à maintenir une cohérence dans le travail lorsque vous modifiez et raffinez fréquemment les formes.

Ouvrez votre v en mode Édition en le double-cliquant dans l’onglet Police ou en l’entrant au clavier en mode Texte. Encore une fois, allez à Glyphe > Ajouter une composante (Shift-Cmd-C) puis sélectionnez v. Dessinez une jolie queue qui s’harmonise avec votre v. Voici un truc pour vous assurer que son dessin fonctionne bien avec le v: sélectionnez deux nœuds sur une branche du v. Faites ensuite un clic droit pour ouvrir le menu contextuel et sélectionnez Ajouter un repère.

Un repère bleu devrait maintenant apparaître par-dessus les deux points sélectionnés:

Sélectionnez le repère et copiez-le ensuite avec Cmd-C. Ouvrez ensuite _tail.y et collez-y le repère avec Cmd-V. Ce repère vous permettra de faire correspondre l’inclinaison de la queue avec celle de la branche. Assurez-vous que les ancres et les points ont les mêmes coordonnées pour éviter les problèmes d’alignement.

La queue devrait s’attacher au v; ajoutons donc une ancre à ce dernier. Cette fois, nous l’appellerons ytail, mais je vous rappelle que le nom n’a pas d’importance. Vous pouvez copier l’ancre avec Cmd-C. Ouvrez _tail.y et collez-y l’ancre en appuyant sur Cmd-V, double-cliquez-la ensuite pour ajouter un tiret bas devant son nom. Souvenez-vous, les deux ancres doivent avoir le même nom, l’une sans et l’autre avec un tiret bas au tout début.

De cette façon, les ancres auront la même hauteur, ce qui est important puisque les deux composantes ont la même coordonnée y. En plaçant les ancres à la même hauteur, vous éviterez de créer des glissements verticaux de la composante y.

Exactement comme avec le Q, nous ferons aussi une composante avec la queue. Enfoncez Cmd-A afin de sélectionner tous les tracés, faites ensuite un clic droit et sélectionnez Composante d’après la sélection. Souvenez-vous que le nom est arbitraire, il a seulement besoin d’un tiret bas en avant afin que ce glyphe ne soit pas exportable. J’ai nommé ma composante _tail.y.

C’est tout. Yééé!

D’autres glyphes

Selon votre design, vous pouvez aussi construire d’autres glyphes à partir de composantes. Par exemple, Eng à partir d’un N et d’une partie descendante, ae d’une partie de a et de e, oe d’une partie d’un o et de e, w à partir d’une partie de w et d’un v. Si vous faites une police sans empattement, vous pouvez aussi élaborer eng avec un n et une partie descendante, et thorn avec un p et une partie ascendante.

Mais attendez un instant… observez ae, oe et w de plus près dans la capture d’écran. Ils sont un peut différents des exemples précédents.

Composés ligatures

En fait, ce sont des ligatures de formes. Donc, afin de tirer le maximum de l’alignement automatique, nous pourrions construire des lettres ligaturées spéciales, ajuster les approches là où c’est nécessaire, et simplement en faire une ligature en les ajoutant comme composantes. De cette façon les ancres ne seraient même pas nécessaires.

Par exemple, vous pouvez construire ae à partir d’un a.ae spécial et d’un e. Dans le a.ae, copiez les tracés du a, supprimez la terminaison, et si nécessaire, ajustez un peu l’épaisseur du fût. Le a.ae a besoin d’un =a comme clé de mesures pour l’approche gauche, et une approche droite négative, juste assez pour qu’il forme une belle ligature avec le e. Ouvrez votre ae, et ajoutez a.ae, puis e comme composantes. Elles devraient s’aligner automatiquement.

Comme il ne faut pas que le a.ae soit exporté, allez dans le glyphe, faites un clic droit pour ouvrir le menu contextuel, et sélectionnez Exporter afin de supprimer le crochet.

Le nom de glyphe a.ae est le nom d’une lettre plus un suffixe. Cette structure de nom permet l’alignement automatique dans le composé ligature, mais requière cette dernière étape, c’est-à-dire, désactiver l’exportation. Depuis la version 2.3, vous pouvez aussi le faire dans l’ordre inverse: créez _a.ae, qui sera automatiquement non-exportable grâce au tiret bas qui précède le nom, et ensuite, à l’intérieur de ae, vous pouvez forcer l’alignement en faisant un clic droit dessus et en sélectionnant Autoriser l’alignement automatique du menu contextuel.

Se réapproprier les attaches cursives pour les ligatures

En fait, ce qu’il vous faut vraiment pour des glyphes comme AE et OE, c’est l’approche gauche de la première partie, à gauche, et l’approche droite de la partie de droite. Le reste n’est pas tellement important, pour autant que les deux parties s’attachent ensemble au bon endroit. Ne serait-il pas génial si nous pouvions définir des positions pour les attaches horizontales, de la même façon que nous le faisons déjà pour les attaches verticales de marques? Il ne resterait ensuite plus qu’à faire une connexion en guirlande des parties que nous voulons, et le composé hériterait de l’approche gauche de la première, et de l’approche droite de la dernière…

En fait, le script arabe possède déjà cela. Cela se nomme attache cursive, et c’est implémenté dans Glyphs avec les ancres exit et entry. Lorsque vous placez ces ancres dans vos lettres arabes, les positions des ancres sont utilisées pour construire une propriété de position OpenType pour lier dynamiquement les lettres les unes aux autres. Génial.

Heureusement, vous pouvez aussi les utiliser pour les autres scripts, comme le latin. La seule chose dont nous n’avons pas besoin est la propriété OpenType, parce que la seule chose qui nous intéresse est de joindre les composés ensemble. Afin d’empêcher Glyphs de construire le code de propriété, vous pouvez ajouter des préfixes sans lettres aux noms. Certaines personnes aiment utiliser des emojis pour leur visibilité, comme 🤓exit, mais j’aime plutôt utiliser un signe dièse parce que c’est plus facile à entrer au clavier (et tout de même très visible): #exit et #entry.

Un exemple de flux de travail pourrait ressembler à ceci:

  1. Créez un glyphe A.AE, la partie A de AE.
  2. Réglez-le comme non-exportable: faites un clic droit et désactivez l’option Exporter dans le menu contextuel.
  3. Dessinez les tracés et ajoutez une ancre #exit sur la ligne de pied, approximativement à l’endroit où vous voulez que le E se connecte:
  4. Dans le E, ajoutez une ancre #entry sur la ligne de pied, à sa limite gauche:
  5. Dans le AE, faites deux fois Glyphe > Ajouter une composante (Cmd-Shift-C): la première pour ajouter A.AE comme composante, et la deuxième pour ajouter E. Voilà:

En ajustant les positions des ancres, vous pouvez raffiner votre AE. Et ce qu’il y a de mieux, sa moitié droite (incluant l’approche droite) ne sera jamais désynchronisée avec le E, puisque c’est une vraie composante E. De plus, le préfixe dièse nous assure que le fichier de police ne sera pas surchargé d’inutiles propriétés OpenType curs.

Fantastique. Merci au script arabe pour les attaches cursives!


POLICE UTILISÉE EN EXEMPLE: SEPHORA SERIF PAR Mucca/Schriftlabor ET FUNKTIONAL GROTESK DE DAVIDE ROSSETTO.

Mise à jour 2016-01-18: ajout de quelques explications, remerciements à Benedikt Bramböck et bien d’autres pour leurs contributions.
Mise à jour 2017-12-28: ajout de l’astuce #exit/#entry.
Mise à jour 2019-01-21: correction d’erreurs orthographiques.

Traduction française de Nathalie Dumont.